mardi 25 janvier 2022


(BiotechFinances n°968 13/12/2021) Environ 200 biotechs se sont introduites sur le marché américain depuis 2020 levant près de 25 Mds$ Souvent poussées par leurs investisseurs, les start-up françaises se lancent aussi dans l’aventure… sans en connaître tous les ressorts Le cabinet KPMG publie un vade-mecum pour les aider à réussir leurs IPO Entretien exclusif avec Cédric Audens, associé et responsable des activités biotechnologies

BiotechFinances : Que dire aux biotechs françaises qui rêvent du Nasdaq : foncez ?

Cédric Adens : Évidemment, le Nasdaq est le premier marché, celui avec le plus de visibilité, une liquidité abondante et des valorisations nettement supérieures Mais sont-elles bien conscientes de ce que cela implique ? Les contraintes et les coûts sont proportionnels aussi Par ailleurs, si la société n’est pas cotée, j’aurais tendance à lui dire de passer d’abord par la case Euronext, pour avoir déjà une première appréhension de ce qu’induit une cotation Autrement la marche me semble un peu haute ou alors cela nécessite de plus gros moyens et un peu plus de temps

BF