dimanche 16 février 2020


Safe Orthopaedics (SAFOR) annonce la signature d’un partenariat exclusif de distribution pour le marché japonais, avec la société Kisko (filiale d’Otsuka). La medtech française, qui commercialise des implants et instruments à usage unique pour la chirurgie du rachis, percevra de son partenaire un premier paiement, lors de l’homologation de sa gamme SteriSpine dans le pays, attendu l’an prochain. En parallèle, Safe Orthopaedics lance une augmentation de capital de 8,4M€, ouverte au public jusqu’au 27 juin et à laquelle Kisco participe.

Deuxième séance consécutive de hausse pour l’action Genomic Vision (GV). La biotech parisienne a dévoilé hier les résultats détaillés d’une étude comparant, chez 40 patients, l’efficacité sa technologie (le peignage moléculaire) par rapport à la technologie standard (le transfert d’ADN) dans le diagnostic de la dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale (FSHD), une maladie rare. Ce test, déjà commercialisé, est le produit le plus avancé de Genomic Vision, mais son potentiel commercial est modeste. De plus, la société se focalise à présent sur le marché des outils pour la recherche, plutôt que sur celui des tests de diagnostic in vitro (lire Biotech Finances 786).

Volta Medical, veut faire parler d’elle grâce à un premier logiciel d’intelligence artificielle (IA) en rythmologie interventionnelle pour guider les Rythmologues interventionnels au bloc opératoire dans le traitement de la fibrillation auriculaire (FA).  Baptisé AIFib, ce logiciel s’appuie sur plus de 10 années de travaux menés par les cofondateurs médecins et par une équipe d’ingénieurs dirigés par Théophile Mohr Durdez, ingénieur polytechnicien qui l’a mis au point et dirige l’entreprise. L’entreprise basée à Marseille et créée en 2017 a levé 500K€ en amorçage.

Revers en chaine concernant Alzheimer : alors qu’AstraZeneca  a indiqué ce jour qu’il cessait tout développement sur labanecestat (en phase III contre Alzheimer), Ixico (IXI), qui déploie des services d’analyse digitale dans neurosciences, a été informée par un de ses clients pharmaceutiques (non divulgué) de sa décision d’arrêter le dépistage, la randomisation et le dosage dans une étude clinique de phase II / III de la maladie d’Alzheimer. L’arrêt de ce contrat d’une valeur de 7,7M$ jusqu’à la fin de 2024 ne serait pas lié à la performance d’IXICO. Selon les dirigeants la société reste sur la bonne voie pour générer une croissance à deux chiffres du chiffre d’affaires, générant des revenus supérieurs à 4,5 M£ et elle répondra aux attentes du marché pour l’exercice en cours.