mardi 26 janvier 2021


Première IPO de l’année à Paris, Pherecydes Pharma annonce son projet d’introduction sur Euronext Growth. La biotech nantaise utilise des virus naturels tueurs de bactéries (bactériophages) pour traiter de manière ciblée les infections résistantes aux antibiotiques et/ou compliquées à traiter. Elle développe des produits ciblant 3 bactéries résistantes et dangereuses dont le Staphylocoque doré. Le portefeuille de Pherecydes est constitué d’actifs précliniques pour lesquels les premières phases cliniques devraient démarrer en 2021. Parallèlement, Pherecydes envisage la mise à disposition du corps médical en France des phages anti-Staphylococcus aureus et anti-Pseudomonas aeruginosa à compter du second semestre 2021 sur la base d’ATU.

Aux Etats-Unis, Calithera démarre 2021 sur l’échec d’une phase pivot pour son candidat phare, Telaglenastat, dans le traitement du carcinome rénal. Conséquences immédiates : une chute en bourse de 40% et la suppression de 35% des effectifs de la biotech. Néanmoins, Calithera n’abandonne pas son inhibiteur de glutaminase qui fait l’objet d’une autre étude clinique dont les résultats sont attendus plus tard dans l’année. L’essai porte cette fois sur une combinaison de Telaglenastat avec Keytruda de Merck dans le NSCLC muté KEAP1 / NRF2 de première ligne.

Selon une étude de RX Savings Solutions, environ 70 fabricants de médicaments ont augmenté leurs prix pour 2021, représentant une hausse moyenne d’environ 3,3%. AbbVie a ouvert la voie en sur les prix catalogue de nombreux de ses produits dès le 1er janvier, tandis que Biogen a augmenté le prix de son ancien traitement contre la sclérose en plaques, Tysabri, A ce stade, la hausse des tarifs reste néanmoins inférieure à celle opérée au début de l’année dernière qui atteignait 5,8%.