Accueil / BIOTECH / 15H BIOTECH EXPRESS lundi : Lyonbiopôle, Biom’up, Poxel, Eli Lilly

15H BIOTECH EXPRESS lundi : Lyonbiopôle, Biom’up, Poxel, Eli Lilly

Dix-sept nouvelles structures ont adhéré à Lyonbiopôle au cours du 2ème semestre 2018 (biotech, medtech, healthech, académiques, industriels…). Ce chiffre amène la communauté du pôle de compétitivité santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes à 226 membres. Lors de ce semestre, Lyonbiopôle a également pris en charge la coordination du projet S3martMed. Financé par le programme COSME de l’Union européenne sur deux ans, son objectif est de participer à la mise en œuvre de la politique de spécialisation des régions et de soutenir les futurs investissements dans les technologies médicales.

Biom’up (BUP) vient de soumettre un dossier IDE auprès de la FDA pour son produit Hemosnow, une poudre sèche hémostatique ayant pour but la maîtrise des saignements minimaux et légers lors des interventions chirurgicales. La biotech française prévoit désormais de lancer les études cliniques nécessaires à son approbation aux États-Unis en 2020. Hemosnow se distingue du produit phare de Biom’up déjà sur le marché, HEMOBLAST Bellows, par l’absence de thrombine humaine dans sa composition. Son utilisation s’adapte ainsi à des saignements plus faibles, pour un coût moins élevé. La biotech française en profite pour annoncer le renouvellement de son contrat d’approvisionnement en thrombine humaine pour les sept années à venir.

Poxel (POXEL) présente de nouvelles données pour le PXL065, le stéréoisomère R de la pioglitazone stabilisée pour le traitement de la NASH. La pioglitazone est un médicament qui a déjà permis la « résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose » dans un essai de phase IV. Toutefois, son emploi a été restreint en raison des effets secondaires des récepteurs PPAR?, dont la prise de poids, les fractures osseuses et la rétention hydrique. Ces effets secondaires seraient principalement associés au stéréoisomère S de la pioglitazone, actif sur ce récepteur PPAR?. Dans le cadre du programme de phase I évaluant PXL065, l’étude en cours avec des doses uniques supplémentaires sera suivie d’une étude avec des doses croissantes multiples.

Eli Lilly rachète Loxo Oncology qui développe des traitements contre le cancer, pour un montant de 8Md$, soit un prix de 235 dollars par action (une prime de 68% sur le cours de clôture de vendredi). Le géant américain espère finaliser le rachat avant la fin du premier trimestre 2019. Loxo Oncology possède un portefeuille de traitements qui cible les cancers provoqués par de rares mutations génétiques. L’an dernier, Loxo a mis sur le marché son premier médicament, le Vitrakvi, qui a montré son efficacité dans le traitement d’une grande variété de tumeurs aux origines génétiques. Ce produit est commercialisé en partenariat avec l’allemand Bayer. Eli Lilly pense qu’un second produit, LOXO-292, qui cible pour sa part des cancers avec des anomalies du proto-oncogène RET, peut arriver sur le marché en 2020.

Vous voulez votre numéro corporate entièrement centré sur votre entreprise, votre cluster, votre organisation pour expliquer et mettre en valeur votre stratégie, vos expertises ? Nous mettons à disposition les équipes de rédaction corporate de Biotech Finances. Vous voulez en savoir plus ? Échangeons ! Cliquez sur le lien suivant pour être appelé par nos services.  Demande d’informations.


Voir aussi

AU SOMMAIRE DE BIOTECHFINANCES n° 840 – 21/01/2019

LA UNE DBV : Casse action ESSENTIEL : monde, coté, non coté Entreprises et organisations …