jeudi 29 septembre 2022


15H Biotech express jeudi : Univercells, Nanobiotix, Thermo Fisher Scientific, Peprotech, Ad Scientiam

Par Rédaction , dans NEWSLETTER 15h BE , le 6 janvier 2022

A Bruxelles, Univercells complète sa plateforme ARN en acquérant Synhelix, une biotech française qui développe des biothérapies. Depuis 2019, Synhelix est soutenue par AdBio partners (ex Advent France Biotechnology). Elle fait ait partie de Genopole et développe une technologie alternative à l’amplification de l’ADN sur les bactéries, nécessitant des installations industrielles importantes et coûteuses, ainsi que des étapes complexes de traitement et de contrôle de la qualité pour des rendements très faibles. Synhelix prévoit de transférer cette technologie sur la plateforme automatisée de Quantoom, intégrant un « bioréacteur d’ADN de nouvelle génération » qui apportera des avantages records en termes de productivité et de coûts. Après la transaction, l’entreprise restera en France mais changera de nom pour devenir « Quantoom Research Center », une entité juridique distincte et filiale du groupe Univercells.

Nanobiotix (NANO) a recruté le premier patient de l’étude de phase 3 évaluant l’efficacité de son composé NBTXR3 activé par radiothérapie chez les patients âgés à haut risque, non éligibles à la chimiothérapie, atteints d’un carcinome épidermoïde localement avancé de la tête et du cou.  La biotech prévoit une analyse de futilité à 18 mois et une analyse intermédiaire à 30 mois après la randomisation de ce premier patient. Pour rappel, cette étude est réalisée en vue d’un enregistrement mondial de NBTXR3.

Aux Etats-Unis, le géant de la bioproduction, Thermo Fisher Scientific acquiert pour 1,85 Md$ Peprotech. Fondée en 1988 et basée dans le New Jersey, cette entreprise fournit aux chercheurs des réactifs bioscientifiques tels que des cytokines, des facteurs de croissance et d’autres ingrédients utilisés dans la production de thérapies cellulaires et géniques.

Directeur général depuis 2020, Matthieu Lamy devient le président d’Ad Scientiam, une medtech qui conçoit des biomarqueurs digitaux mesurant en continu et en vie réelle l’évolution de maladies graves et invalidantes. Diplômé d’HEC, il succède au fondateur Liouma Tokitsu, cinq ans après avoir intégré l’entreprise pour développer le marché américain.