jeudi 2 décembre 2021


Le partenaire d’Adocia (ADOC), Tonghua Dongbao Pharmaceutical a reçu le feu vert des autorités chinoises pour mener une phase 3 avec BioChaperone Lispro, une insuline prandiale ultra-rapide, dans le traitement du diabète de type 1 et de type 2. Le critère principal de cette étude pivot qui inclura 1300 personnes, est de démontrer la non-infériorité de BC Lispro sur la réduction de l’HbA1c par rapport à la baseline en comparaison au produit de référence, Humalog (Eli Lilly). L’entrée du 1er patient dans l’essai déclenchera un paiement d’étape pour Adocia. Le montant total du partenariat pourrait atteindre 45 M$ dont 10 M$ reçus à la signature en 2018 et des redevances à deux chiffres. En Chine, le marché des insulines prandiales représente 1,4 Md$. (Photo de couverture : Gérard Soula / Adocia)

SparingVision noue un partenariat avec Intellia Therapeutics cotée au Nasdaq, pour le développement de thérapies oculaires. La biotech américaine cède les droits exclusifs sur sa technologie d’édition génomique in vivo CRISPR/Cas9 pour le développement de 3 candidats médicaments dans des pathologies de la rétine. En contrepartie, Intellia recçoit une participation de 10% au capital de SparingVision, des paiements d’étapes « pouvant atteindre environ 200 M$ par produit », ainsi que des royalties sur les futures ventes. La biotech américaine pourra toutefois exercer une option afin d’obtenir les droits de commercialisation aux Etats-Unis sur deux des trois candidats-médicaments développés. Le cas échéant, SparingVision recevra pour chacun d’entre eux, un paiement, le remboursement de 50% des coûts de développement ainsi que des royalties sur les ventes outre-Atlantique. Intellia pourra également tirer parti des avancées technologiques établies lors de cette collaboration pour d’autre développement thérapeutique.

A Seattle, Immusoft qui s’approche de la clinique en thérapie cellulaire signe sa première collaboration avec une Big Pharma :Takeda. Le montant de l’upfront n’a pas été divulgué mais l’accord pourrait atteindre jusqu’à 900 M$. Le tandem va d’abord se concentrer sur les troubles neurométaboliques. La biotech a clôturé l’année dernière une série B de 33 M$. De son côté, le laboratoire japonais accélère en médecine régénérative en multipliant les partenariats de développement :  3,6 Mds$ avec Poseida Therapeutics lundi, 1,12 Md$ avec Selecta Biosciences la semaine dernière et 303 M$ avec Genevant en août.

A Chengdu, Anticancer Bioscience (ACB), obtient 10,6 M$ en extension d’amorçage. Ce tour a été dirigé par Three Rivers Capital, qui rejoint les investisseurs privés chinois existants. Le total levé s’élève désormais à 31 M$. Les fonds serviront à accélérer le développement préclinique des deux programmes les plus avancés de la biotech qui applique des approches létales synthétiques pour développer des thérapies ciblées contre le cancer.